Compte-rendu
Abdoulaye Bah veut moraliser la politique

abdoulaye-bah

 

Le président de la délégation spéciale de Kindia est également professeur de sciences politiques. Devant les journalistes stagiaires, il prône la vertu dans le choix des candidats aux élections communales de février 2017

 

« Les Guinéens n’aiment pas la Guinée ». C’est par un constat assez amer de l’attitude des Guinéens en général et des dirigeants actuels du pays en particulier vis à vis des biens publics que le professeur de sciences politiques et président de la délégation spéciale de la commune urbaine de Kindia entame son exposé.

Pour Abdoulaye Bah, les Guinéens profitent des richesses du pays au détriment du peuple. « En Guinée, le vol n’est pas une infraction et celui des biens publics est devenu une normalité » affirme-t-il.

C’est pourquoi en prélude des élections communales prévues en février prochain, M. Bah souhaite ardemment que le choix des candidats soit fait en fonction de leurs qualités et non pas de leur ethnie ou de leurs richesses.
bah-en-expose

Abdoulaye Bah face aux journalistes stagiaires

« Il faut que nous soyons imbus de trois vertus : le patriotisme – nous devons aimer la Guinée pour servir les Guinéens à quelque niveau que ce soit. La deuxième vertu, c’est la formation qui mène à l’excellence. Il faut avoir soif d’apprendre. Enfin la troisième, c’est l’intégrité car on ne peut pas arriver à une démocratie respectable et efficace sans que les acteurs soient intègres », martèle Abdoulaye Bah.

Poursuivant son exposé, M. Bah pointe du doigt les détournements des deniers publics érigés en système de gouvernance. « Vous avez des politiciens légers qui sont animés par la volonté d’aller aux affaires pour boire jusqu’à ce que vous savez, dans ce cas, on ne peut pas avoir le développement. Si on vole pour construire des villas de 20 milliards de francs guinéens à Conakry, vous privez la population de 20 kilomètres de route et vous avez des gens à Conakry qui ont quinze villas. L’argent vient d’où pour un fonctionnaire qui est salarié ? Il a volé qui ? La patrie ! ».

A propos des futures élections communales, le politologue rappelle les bienfaits de la démocratie. « Ses objectifs, c’est le bonheur et la paix, mais aussi le développement matériel à travers la construction de routes, d’écoles, d’hôpitaux et d’industries ».

C’est au regard de tous ces maux qui minent la gouvernance politique de plus en plus décriée en Guinée que M. Bah, à la tête de la délégation spéciale de Kindia, expérimente une autre manière de gérer sa commune. « Nous sommes dans une nouvelle école, dans une politique pédagogique. C’est pourquoi je n’hésite pas à prendre moi-même la pelle et le balai.  Je donne l’exemple aux citoyens en me mettant à la tâche ».

A l’issue de son exposé, M. Bah ne manque pas de rappeler le rôle-clé que doivent jouer les médias dans une démocratie.

Fatoumata Binta Bangoura (radio rurale de Kindia)

Mohamed Moro Sacko (radio Djoliba de Siguiri et correspondant de guineenews.org)

Nassir Youla (radio Zaly Liberté FM de N’Zérékoré)

Amadou Timbo Barry (correspondant guineenews.org et radio Nostalgie de Kankan)