Interview
Abdoulaye Bah: « Je veux que Kindia soit une grande ville parce qu’elle l’est »

Président de la délégation spéciale, Abdoulaye Bah est originaire de Kindia où il est né en 1972. Parti étudier le droit à l’université de Louvain en Belgique il a été fonctionnaire dans ce pays avant de s’installer au Canada. Revenu en Guinée en 2012, il explique à Kindia Info ses motivations et ses ambitions.

 

abdoulaye-bah

KI : Pourquoi avez-vous pris la décision de rentrer au pays ?

L’élection du professeur Alpha Condé a suscité beaucoup d’espoir chez les jeunes de la diaspora car nous pensions que, comme il est resté longtemps en occident, il était  doté de culture, d’efficacité et de l’amour du travail bien fait. Je me suis dit que c’était le bon moment pour rentrer en Guinée et servir mon pays.

 

KI : Pourquoi avez-vous choisi la voie de la politique et plus particulièrement l’UFDG * ?

Si vous suivez ma logique, j’ai fait les sciences politiques pas pour dire que je suis politologue mais pour acquérir les outils de la gouvernance. J’aime la politique et j’ai décidé de la pratiquer pour impacter la vie d’un nombre important de personnes. Pour choisir un parti politique il faut avoir la même idéologie que ce parti. L’UFDG est libérale et moi aussi je suis libéral. Alpha Condé est socialiste et son parti ne m’intéresse pas.

KI : Vous dirigez la commune depuis un peu plus d’un an, quelles actions concrètes pensez-vous avoir réalisées et que vous reste-t-il à faire ?

J’ai commencé par faire un discours politique très apaisant, qui rassure les gens, pour casser les tensions ethniques. Concrètement, j’ai aussi aidé à l’assainissement et à la réfection des pistes de la voirie urbaine. Nous voulons travailler mais nous n’avons pas de fonds. Les installations sont vétustes et datent du temps colonial.  C’est un vrai défi à relever. Par exemple, nous devons moderniser le marché qui a été construit en 1947. Il y a aussi des pistes dans les quartiers que nous projetons de goudronner. Je veux que Kindia soit une grande ville parce qu’elle l’est.

KI : A vous entendre parler on a l’impression que vous voulez vous présenter à la prochaine élection communale ?

Je suis un maire proche des populations. La question de la candidature n’est pas à l’ordre du jour. Je suis de l’UFDG et le moment venu, le parti décidera. Si le choix tombe sur moi, je l’assumerai avec fierté.

 KI : Vous venez d’être accusé par certains cadres de la commune d’un détournement de fonds, quelle explication pouvez-vous nous fournir ?

Effectivement j’ai été accusé par trois de mes cadres d’avoir détourné une somme de cinquante et un millions de francs guinéens. J’avais promis de ne pas m’exprimer dans les médias. Je n’ai pas réagi jusqu’à ce que je sois en possession de l’acte d’accusation. Lorsque j’ai reçu la plainte de la main de l’autorité administrative de Kindia, c’est-à-dire du préfet, j’ai porté plainte devant la justice pour diffamation, calomnie et accusation mensongère ayant eu un impact sur ma dignité et sur mon honneur. Actuellement c’est une situation qui est en négociation, la gouverneure de Kindia, Mme Cissé, a demandé à son chef de cabinet, M. Ditine, d’aplanir la situation et nous sommes en train de trouver une solution.

*Union des forces démocratiques de Guinée

Tiguidanké Simakan (radio la Voix de Fria de Fria)

Amadou Oury Barry (radio Kania zik FM de Kindia)

Fatoumata Sylla (radio Bambou FM de Faranah)

Fodé Mamoudou Bangoura (radio CBG de Kamsar)